Comprenons l’écriture japonaise rapidement !(1)

Bonjour ! Dans cette leçon, nous allons étudier ensemble de l’écriture japonaise. Il se peut que vous vous disiez que l’écriture japonaise est compliquée. Certes, on peut voir une forme de difficulté qui n’existe pas dans les autres langues. Cependant, en connaissant l’histoire de l’écriture, son apparition et son évolution, nous pourront aisément la déchiffrer et cela vous facilitera la compréhension de notre système d’écriture. Ainsi, je vous invite à lire cet article avant de commencer à apprendre l’écriture japonaise !

Trois sortes de systèmes d’écritures

Avant tout, il faut expliquer la particularité de l’écriture japonaise : il y a trois sortes de systèmes d’écritures s’appelant les hiragana, les katakana et les kanji et qui sont utilisé dans la même phrase. Pour être plus précis, les Japonais écrivent en employant trois sortes de caractères selon leurs rôles. C’est d’ailleurs l’une des choses de la langue japonaise que l’on ne trouve pas dans les autres langues.

Vous trouverez, ci-dessous, les hiragana qui servent à écrire phonétiquement comme l’alphabet français.

Ensuite, les katakana qui sont aussi des caractères phonétiques.

Et enfin, voici les kanji qui sont des caractères venant de Chine. A la différence des hiragana et des katakana, les kanji sont des caractères idéographiques. C’est-à-dire que chaque kanji représente sa signification.

Voilà, ce sont les trois caractères dans la langue japonaise. Toutefois, les japonais n’ont pas utilisé trois caractères dès le début de leur histoire. Alors, quel caractère utilisaient-ils ? Et comment se fait-il qu’ils aient commencé à utiliser trois caractères ? Nous allons ensuite les regarder sur le plan historique.

Quel caractère est le premier ?

A l’antiquité, les Japonais n’ont pas encore développé d’écriture. Ils parlaient leur propre langue, le japonais, mais n’avaient aucun moyen de l’écrire. Au 3ème siècle, les kanji sont arrivés durant les échanges avec le royaume Wei qui dominait dans le nord de la Chine. Pour des raisons diplomatiques, les hauts personnages japonais ont commencé à apprendre la langue chinoise et ont écrit des lettres en employant des kanji. Cependant, ils n’écrivaient pas encore le japonais avec les kanji.

Alors, quand les Japonais ont-ils commencé à écrire leur propre langue ? On peut constater dans des livres du 8ème siècle qu’ils ont écrit partiellement en japonais en s’aidant des kanji. Comme le japonais et le chinois sont les langues différentes, ils ont eu beaucoup de difficultés pour appliquer les kanji à leur langue. Tout ça pour finalement inventer deux façons d’écrire.

Comment les japonais ont-ils appliqué les kanji à leur langue ?

Comme mentionné avant, les kanji sont les caractères qui ont leur propre signification. Par exemple, le kanji « 山 » veut dire la montagne. Les anciens Japonais ont pensé mettre une prononciation unique à ce mot : « Yama ».

Les Japonais ont emprunté le sens des kanji et y ont mis leur propre prononciation. De cette façon, ils ont commencé à prononcer certains kanji à la manière japonaise.

Cependant, cette façon de faire ne peut pas s’appliquer à tous les mots en japonais car il y a des mots qui n’ont pas forcément le même sens, comme les noms propres. Dans ce cas, ils ont emprunté la prononciation des kanji pour les écrire.

Par exemple, pour écrire « 卑弥呼(Himiko) » qui est le nom de l’ancienne reine japonaise de l’antiquité. On a choisi trois kanji dont la prononciation en chinois est proche de celle en japonais.

Ainsi, les Japonais ont commencé à écrire le japonais avec les kanji. On peut dire que leur essaie a réussi dans une certaine mesure mais, d’un autre côté, l’écriture était encore un art des hommes d’élites et c’était toujours la langue chinoise qui était la langue écrite officielle pour les aristocrates autour de l’empereur japonais. Alors, pourquoi nous avons créé les hiragana et les katakana et comment ? Nous allons, dans le deuxième article, regarder comment a évolué le système d’écriture !

Contenu Sponsorisé